Physiquement, c’est un mélange entre Undyne de Undertale et Lord Dominator de Wander Over Yonder. Niveau caractère, je voulais la rapprocher de Terra de FFVI à la base (amnésique, ne comprend pas ce qu’elle fait là, cherche à donner un sens à sa vie…) mais je m’en suis vachement éloignée. Et c’est ENCORE une madame poisson, mais aux cheveux roses cette fois-ci. 

Curieuse de la vie et de beaucoup de choses plus ou moins importantes, Lorelai possède une joie de vivre et un optimisme à toute épreuve (donc oui, on est bien loin de Terra). Et ce, malgré toutes les horreurs qu’elle peut trouver sur son chemin. Elle reste quelqu’un d’assez naïve et on peut très facilement la mener par le bout du nez. 

La nu-man (terme emprunté à Phantasy Star, oui oui), même si elle est la propriété de Ronan, n’hésite pas à l’ houspiller si quelque chose ne lui plait pas. Et ce n’est pas vraiment le genre de chose que fait un nu-man, parce que le statut de ces “créatures” est bien moins important que celui des humains. Lorelai est très souvent inconsciente du danger que représentent les autres. On parle quand même d’une fille qui suit un inconnu qui lui a simplement dit “viens manger chez moi”.

Elle est amnésique (c’est un cliché récurrent, je sais bien… mais bon) et au fur et à mesure que l’histoire avancera, elle en apprendra un peu plus sur elle et sur le cauchemar qui hante toutes ses nuits depuis des années… 

Un personnage que j’aime bien écrire. Elle est sympa et pas trop prise de tête, c’est assez simple de se mettre dans sa peau. Faudrait vraiment que je reprenne Equinox pour lui donner la conclusion qu’elle mérite !

Lorelai (2021)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *