Ronan Laguna, agent du gouvernement, mène une petite vie tranquille sur Equinox. Sa vie change lorsqu’il fait la rencontre d’une Nu-man amnésique qu’il prend sous son aile. Il la baptise Lorelai et en fait son assistante. Le passé de cette dernière reste un mystère, pour elle comme pour les autres. Quel est son véritable nom ? Qui est son propriétaire légitime ? Pourquoi était-elle seule dans les rues de Solstice ?
Les questions sont nombreuses pour la jeune femme qui n’obtient aucune réponse, ce qui la désespère. La seule chose qui la raccroche à son passé est un cauchemar récurrent dont elle ignore la signification.
Le jour où Ronan est envoyé en mission pour enquêter sur un accident, Lorelai ne se doute pas un seul instant que ce sera le début des ennuis dont elle n’imagine pas l’ampleur… et des réponses qui changeront le cours de leurs vies.

Cette histoire sera un premier jet, et sera écrite tout le long du mois de novembre dans le cadre du NaNoWriMo. Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est le National Novel Writing Month, c’est un défi d’écriture, et pas des moindres : en un mois, il faut arriver à écrire 50 000 mots.

Je me suis donc préparée à ce jour, avec mes notes, mes plans, mes fiches de personnages et mes dessins. Je suis à la fois pressée de mettre un pied dans le plat et de commencer à écrire mais je suis aussi terrifiée par le fait de ne pas réussir à atteindre le bout. Arriver à 50 000 mots au 31 novembre serait déjà une grande victoire en soi, pour moi qui suis une grande inconstante dans l’écriture.

Pour en revenir à cette histoire, ce sera donc un premier jet. Il ne sera sûrement pas exempt de défauts, c’est sûr et certain. Il y aura sans aucun doute des fautes d’orthographe, de conjugaison, de grammaire, de syntaxe et autre joyeuseté du même acabit que je laisserai passer sous mon nez. Si j’arrive au bout du but que je me suis fixé, je retravaillerai tout ça au calme une fois le mois de novembre passé.

C’est mon tout premier NaNo. Savoir qu’il ne me reste un peu moins d’une journée pour me préparer me rend un peu nerveuse. Est-ce que j’ai bien tout ce qu’il me faut sous la main ? Aurai-je la pêche pour écrire à peu près 1600 mots par jours ? Est-ce que je dois écrire beaucoup plus, mais moins intensément ? Ou alors écrire moins, mais beaucoup plus souvent ? Oui, parce que si j’ai à peu près mon planning concernant mon histoire, je n’ai toujours pas de planning pour savoir combien de temps/de mots je devrais écrire par jour. Je ferai ça au feeling, car je n’arrive pas à commander mon inspiration. Il y aura des jours avec et des jours sans, comme pour tout.

Lire Equinox (PDF)

Attention ! Histoire non terminée !