Ce qui aurait dû être le troisième et dernier tome de la trilogie Fereyan, mais qui n’a jamais vu le jour malheureusement (ou heureusement ?). Pourquoi le Coeur des Ténèbres comme titre ? Eh bien, parce que nos héros auraient dû combattre Hel, la déesse des ténèbres et du chaos, dont l’ombre plane sur les méchants des livres précédents. 

Tout aurait commencé seize ou dix-sept ans après l’Espoir du Loup, avec Un Freyki et une Jaelith mariés et parents d’une ribambelle de “gamins”. Tyrian, l’aîné, un jeune homme calme et solitaire qui a du mal à suivre les ordres de son paternel. Talia, la seconde, jeune demoiselle promise à un prince d’une autre province et qui ne veut absolument pas se marier avec ce parfait inconnu. Tanis, le petit dernier, un petit garçon insupportable qui fait les pires crasses à son grand frère et qui adore son père. Voilà pour le petit tableau familial. 

Tyrian a l’impression de décevoir tout le temps son père et fini par être approché par la déesse Hel en personne qui lui propose de faire le… nécessaire. Le jeune homme accepte et s’ensuit tout un acte impliquant l’enlèvement et la mort de Tanis, suivi de celle de Jaelith. On aurait un Freyki qui pète un cable et qui bannit son fils aîné avant de se laisser aller au désespoir et à la folie. Ce serait Talia qui reprendrait par la suite les rênes du royaume avec l’aide de Feiyl (dont elle est amoureuse) et d’Elrynd (qui sert enfin à quelque chose).  

En dernier acte, on aurait droit à une guerre entre les gentils (Talia, Feiyl, Elrynd et Freyki) contre les méchants (Hel et Tyrian). Oui, je n’ai pas été très loin dans l’élaboration du plan de l’histoire, mais c’était déjà pas trop mal je pense…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *